V., 30-year-old french girl, likes Fifty shades of Grey and is wondering if she should wear a bra or not

Ian: What music should I play to make you want to sleep with me?

V.: Ben Harper. Probably because it’s warm, romantic and sweet… His music is like a caress.

Why did you accept this interview?

It’s an interesting idea, I like to support interesting projects.

Did it require some effort?


Can you introduce yourself in a few sentences?

I like to be liked, as Snoopy. It may be a big weakness. And I don’t like douchebags.

That’s original!

It’s not that common. Unlike most people, I don’t like being liked by morons.

Do you have kids?

No. But it should happen soon. I can’t do it by myself, I’m not the only one to decide…

Do you have a lot of centers of interest, or do you prefer to focus on one or two things?

I have quite a few centers of interest, but little time to give them. I’d like to devote more time to them.

Does sex play an important role in your life?

Yes. It’s a bit irregular, but days with sex are better than days without sex.

Armchair or couch?

Couch. Because you can lie down on it.

Lie down for what?

Anything. Lying down is good for sex and nap.

Two things that matter in your life?


To you, is sex a hobby like going to the swimming pool, or is it something greater?

It’s something greater. You can stop going to the swimming pool for a few months. Not having sex for several months is another story.

Leather or satin?

Leather, because satin is too smooth. It slips through your finger. And it’s a bit too fancy. It slips so much that you can’t hold it back.

Is it a problem?

Yeah, when life slips away it’s a problem.



Do you know how to pee standing up?

No. It could be convenient, but you need special clothes, because if you need to remove your pants anyway, it’s not worth it. Except if you are wearing a skirt without a pantyhose.

I saw a special cock-shaped device which allows girls to pee while standing up.

I’m not fond of accessories, it slows me down. It may pass afterwards, but at first I don’t like them.

Does it mean you don’t like sex-toys?

I have a negative prejudice, but sometimes I manage to tame them, to appreciate them.

Tell me the story of your first sex-toy.

With my boyfriend, we wanted to try, but I didn’t want to go to a sex-shop. We noticed a magazine which was offering one as a gift. We had a hard time to find it, because the magazine was often sold without it, but we managed to find it eventually. I didn’t fell in love at first sight, though.

What kind of sex-toy was it?

A metallic vibrator.

And now, do you like it?


Did it take time?

Yes, everything takes time with me. It probably took years.

How old were you?

Around twenty.

What’s your favorite sex-toy, these days?

This very one, because it’s convenient, not too intrusive. It’s versatile.


Front, back…

From a technical and ecological point of view, I’m kind of fascinated with Ben Wa balls – simple and ingenious, no need for batteries. But I read and heard it wasn’t that great. Did you give it a try?

Yes, but it’s one of the toys I didn’t tame yet. When I tried it, it wasn’t very good, but maybe it wasn’t the right context, the right time. I probably need some time, like everything else.

Do you use your sex-toys alone or with your boyfriend?

Mostly with my boyfriend.

When you’re alone, what are the three fantasies you think about most often?

Sometimes, I think of nothing at all, it’s just a way to relax. Sometimes, I think I’m behind a glass wall and people are watching me; that’s not something I’d like to do in real life… Some other times, I think I’m with a girl.

Do you think you’re bisexual?

I don’t think so. I don’t want to try it with a girl for now. But everyone is a bit bisexual. It depends on where you set the limit. Is it to do it once? Several times?  Is it to be aroused when watching girls together? Are homophobic people most likely inhibited homosexuals?

This reminds me of a study [1] published in 2007, where the authors explain that heterosexual women watching an erotic movie are equally aroused by a heterosexual scene, a homosexual scene and even a scene with bonobos. This is not the same for men. What about you?

Yes, that’s true. Except for animals, I never watched such a scene.

Do you like pink?

I loooove pink!

Is everything pink at your place?

No, it’s not but I like to wear pink. It’s bright, it’s lovely.

Do you like your own body odor? Your sex odor?

I don’t know if I like it. I’d say it’s some kind of ritual. I like to smell my body odors. It’s not that I’m aroused by it, but this is a way to check everything is all right. If it doesn’t smell as usual, I get worried.

Does it happen?

Yes, and it generally turns out I’m sick.

I heard that pubic hair is back. Good news or bad news?

I’m not sure. On the one hand, it’s good news since waxing hurts. On the other hand, I find it nicer with less hair. In the end, it’s good news since it’s less oppressive and constraining.

Do you see it like an oppression?

Fashion can be oppressive sometimes – for me, at least.

Is it something you’d like to change?

Yes, but it’s a long way to go – being less sensitive to people’s opinions.

How many swimsuits do you own?

One and a half. One bikini and one bikini bottom. It’s not my fault – if it was only me, I wouldn’t own half a bikini. Oh, and I’ve got a one-piece bathing suit for swimming. Two and a half, then.

Whose fault is the bikini bottom?

My boyfriend’s fault. He brought me half of a bikini. He probably thought it was funny. He says he didn’t do it on purpose, but still.

How is it?

Black, pink and beige. High-cut.

Don’t you like it?

Yes I like it.

Do you wear it without a top, then?

Sometimes, yes. To tan. And some other times, I wear it with an unmatched top.

In the end, what’s your favorite, bikini or monokini?

Bikini. I had never noticed it meant that, bikini. What’s “kini”? I don’t like to show my whole body to everyone. Hiding some parts is more mysterious and arousing.

It makes me think of a study done by a doctor, Jean-Denis Rouillon [2,3]. He studied a group of fifty 18-to-35-year-old women since 1997. He observed that women not wearing a bra had their nipples 7 millimeters higher than women wearing one. Tempting, isn’t it?

Yes, it’s quite unexpected. I thought wearing a bra was an obvious choice to prevent breast from falling.

Does it make you wonder?

Yes, a bit. But let’s not be too radical. Bras can be pretty. And they might be convenient if you plan to run or to ride a horse.

Do you think that not wearing a bra is sexy?

Yes, kind of, since it makes men curious. Probably because it’s not usual. If everyone stopped wearing bras, it would stop being sexy.

Do you think that the way girls are dressed tells something about their sex life or their perception of sex?

I’m not sure. To me, it’s a rather hasty conclusion. It’s like saying you can tell that someone is gay just by seeing him. It may be true for some people, but not for everyone.

Do you like muscles and tattoos?

It intrigues me, but I’m not really attracted by it.

Muscles intrigue you?

No… It may make me feel safe at first, but it’s not attractive in the long run.

The first orgasm that I recall was while rope climbing – I was probably 7 or 8 and I didn’t even knew what was happening. Do you remember yours?

Not at all. From what I remember, I didn’t know what I was doing when I was younger. Nothing to tell, then.

Is sex something you think about a lot, or do you go with your gut?

It depends when. Sometimes, I think a lot about it. Mostly because I question myself all the time, not only about sex, about everything.

When you think about it, what do you think of?

At first, I think about pleasing my partner. How to, more exactly. Or I think of the meaning of sex, and about its place in society. Is it right or not? I try to figure out my relationship with sex and it’s not an easy job.

Did your way of thinking about it evolve with time?

Yes, but it’s mostly because when I was younger, I wasn’t thinking about this second facet. And before that, not even about the first one. I think about it more and more, adding new aspects.

Has your sexuality evolved a lot? Has it been linear or step by step?

Yes, it has evolved a lot. I do more things than before, and I have more pleasure. It’s not day and night, it’s the discovery of myself and my partner. But I’m still afraid of what I don’t know. I’d say it evolves by small irregular steps. It’s not really linear.

Did some external elements, like lovers, books or movies, contributed to this evolution?

Erotic movies… And at first, I read a few books which didn’t make much difference. But recently, I read Fifty shades of Grey and I liked it. It made me evolve a bit in my practice and changed my perception of some things.

Fifty percent of French women watch porn alone. Producers just heard this and we can see “Porn for women” showing on the market – polished aesthetics, sensuality, soft focus effects and passionate kissing. Do you like it, or is it too mushy?

No, I like it. I’m not fond of hardcode stuff, it doesn’t arouse me. I prefer mushy stuff!

I know heterosexual girls who think about other girls when they masturbate. Do you?

Yes, sometimes I do. I think about scenes, but I’m not always involved in them. It’s always a bit blurry in my head, because if I stage it too much, if I imagine things in details, it can have opposite effect.

Did you see Deep Throat? Any intel about this?

Yes, I saw it, but the thing is I fell asleep or so. I know it’s a mythical movie but it’s not that enthralling. I was most likely tired!

Is fellatio an obligatory way or a real pleasure?

It’s nice, except if the guy is not clean. I say yes to fellatio, but not under just any conditions!

In Saudi Arabia, anal sex is punished by stoning. Don’t you think it’s a bit excessive?

It’s stupid and weak. Anal sex is great! I think the people who forbid it are people who tried it. It allows them to make amend, to counterbalance. In most people’s minds, the image of sex is ambiguous. It makes you feel guilty without knowing why.

How often do you practice anal sex?

Well… Not really often, because it’s a little bit painful. From time to time. I prefer to keep it among the extraordinary things, because it’s less exciting if it’s ordinary.

So you make pain and pleasure work together?

Yes, and it’s a delicate balance. You just need to avoid falling on the wrong side. Tough game.

Do you have any other pain-and-pleasure experiences?

Almost any sexual activities, and sport activities. In a way, I’m always between pain and pleasure. You’ve got to learn to be on the pleasure side. Because in life, you have to choose between pain and boredom.

Do you like camping?

Yes I do. I love waking up in the country, in the middle of flowers.

Are you afraid of being heard when you make love in the tent?

Yes I am. It’s okay if people imagine things about my sex life, but I don’t want them to get proofs. That’s why I don’t like being heard.

Isn’t it a little bit exciting, though?

No, really, it’s the opposite. That being said, I admit there’s a subtle balance between excitement and mental block.

No outdoor experience? Public places?

I didn’t say that. I do have outdoor sex experiences, because in that case, it’s uncertain – you don’t know if somebody will show up.

But in the tent, it’s uncertain too…

It’s much more likely to happen, except if there’s no one in the campsite. In the tent, you are blind, you can’t keep an eye on the outside world, hence the mental block.

It seems you like being in control…

Yes, I don’t like losing control. But I’m not dominant either. I just don’t like when things go out of control.

It makes you freeze…


Have you always been like that?

Yes, as far as I remember.

Do you think being able to “let go” would improve your sex life, in the future?

Yes, because I think sex and orgasm are the perfect example of “letting go”. You’ve got to let go in order to enjoy it. If you try to control it, you feel molested and it feels bad. I’m able to let go partially, for some particular things. It’s temporary and it doesn’t last long. I’m unable to just let go forever.

What would be the ultimate sex-toy?

A dildo which would be thin at first, and would grow when it’s inside. Then it would stimulate me by making movements, circular movements and such… It would be ergonomic when inflated. And it should be warm, with a human-skin-like texture.

You mean… a man!


Ian : Quelle musique faut-il que je mette pour que tu aies instantanément envie de coucher avec moi ?

V. : Ben Harper. Probablement pour le côté chaleureux, romantique, doux… Sa musique est comme une caresse.

Pourquoi as-tu accepté cette interview ?

C’est une idée intéressante, j’aime bien soutenir les petits projets intéressants.

Ça t’a demandé un effort d’accepter ?


Peux-tu te présenter en quelques phrases ?

J’aime qu’on m’aime, comme Snoopy. C’est peut-être un gros défaut. En même temps, j’aime pas les gens cons.

C’est original !

C’est pas si banal que ça. Contrairement à beaucoup, j’aime pas être aimée par les cons.

As-tu des enfants ?

Non. Mais ça va pas tarder. Ça se fait pas seule, je ne suis pas toute seule à décider…

Es-tu quelqu’un qui a beaucoup de centres d’intérêt, ou est-ce que tu préfères te focaliser sur une ou deux choses ?

J’ai pas mal de centres d’intérêt mais peu de temps pour m’y consacrer. J’aimerais pouvoir m’y investir davantage.

Est-ce que la sexualité a une place importante dans ta vie de tous les jours ?

Oui. Elle n’a pas tous les jours une place aussi importante, mais c’est mieux les jours où elle en a une.

T’es plutôt fauteuil ou canapé ?

Canapé. On peut s’y allonger plus facilement.

S’allonger pour quoi ?

Pour tout. La position allongée est bonne pour le sexe et la sieste.

Deux choses qui ont beaucoup d’importance dans ta vie ?


Pour toi, le sexe, c’est un loisir comme aller à la piscine, ou c’est quelque chose qui est plus grand que ça ?

Je pense que c’est plus grand que ça. La piscine tu peux t’en passer pendant plusieurs mois, alors que le sexe c’est plus difficile.

Cuir ou satin ?

Cuir, car le satin c’est trop lisse, ça glisse, ça échappe. Et puis c’est un peu trop classe. Ça glisse tellement qu’on n’arrive pas à le retenir.

C’est un problème ?

Ouais, quand la vie t’échappe c’est un problème.



Est-ce que tu sais faire pipi debout ?

Non. Ça pourrait être pratique, mais encore faut-il avoir des habits adaptés car s’il faut enlever son pantalon de toute façon, ça ne change pas grand-chose. A moins d’être en jupe sans collant.

J’ai vu qu’il existait un accessoire qui permettait de “simuler une bite” pour faire pipi debout.

Nan, j’aime pas trop les accessoires, ça me freine. Après, des fois ça passe, mais a priori j’aime pas ça.

Est-ce que ça signifie que tu n’aimes pas les sex-toys ?

J’ai un a priori négatif, mais après des fois j’arrive à les apprécier, à les apprivoiser.

Raconte-moi l’histoire de ton premier sex-toy.

Avec mon copain, on voulait essayer, mais j’avais des réticences à aller dans un sex-shop. On avait vu qu’un magazine en proposait un en cadeau. On a eu du mal à le trouver car le magazine était souvent vendu seul, mais on a fini par le dénicher. Ça n’a pas été l’amour fou, au départ.

C’était quel type de sex-toy ?

Un vibromasseur métallisé.

Et maintenant, tu l’aimes ?


Ça t’a pris du temps à l’apprivoiser ?

Oui, tout prend du temps avec moi. Ça a dû prendre des années.

T’avais quel âge ?

Une vingtaine d’année.

Quel est ton sex-toy préféré, en ce moment ?

Celui-là, parce qu’il est pratique, il n’est pas trop intrusif. Il s’adapte à toutes les situations.

Toutes les situations ?

Devant, derrière…

Moi, d’un point de vue technique et écologique, je suis assez fasciné par les boules de geisha – simples et astucieuses, pas besoin de piles. Mais j’ai lu et entendu des témoignages disant que ce n’était pas la panacée. Tu as déjà essayé ?

Oui, mais comme je disais tout à l’heure, ça fait partie des sex-toys que je n’ai pas encore apprivoisé. C’était pas terrible, mais c’était peut-être pas le bon contexte, le bon moment. Il me faut probablement du temps, comme tout le reste.

Tes sex-toys, tu les utilises plutôt seule ou plutôt en couple ?

Plutôt en couple.

Quand tu es seule, quels sont les trois fantasmes auxquels tu penses le plus souvent ?

Parfois, à rien, c’est juste un moyen de me déstresser. Parfois, je pense que je suis derrière une vitre et que des gens m’observent ; pourtant je n’ai pas du tout envie de le faire en vrai… Des fois, je pense que je suis avec une fille.

Est-ce que tu penses être bisexuelle ?

Je ne pense pas. Je n’ai pas envie d’essayer avec une fille pour l’instant. Mais chacun est un petit peu bisexuel. Tout dépend quelle est la limite qu’on fixe pour devenir bisexuel. Est-ce que c’est le fait de l’avoir déjà fait une fois ? Plusieurs fois ? Est-ce que c’est d’être excitée quand on le regarde ? Est-ce qu’on peut dire que les gens qui sont très homophobes sont probablement des homosexuels refoulés ?

Ça me fait penser à une étude [1] publiée en 2007, où les auteurs nous apprennent que les femmes hétérosexuelle qui regardent une scène érotique sont tout autant excitées par une scène homosexuelle, une scène hétérosexuelle, ou même une scène impliquant des bonobos. Alors que ce n’est pas le cas chez les hommes. Est-ce que c’est vrai pour toi ?

Oui, c’est vrai, sauf pour les animaux, je n’ai jamais eu l’occasion de regarder.

Est-ce que tu aimes le rose ?

J’adoooore le rose.

Tout est rose chez toi ?

Non, tout n’est pas rose mais j’aime bien porter du rose. C’est éclatant, joli.

Est-ce que tu aimes tes propres odeurs corporelles ? L’odeur de ton sexe ?

Je ne sais pas si j’aime. Je dirais que c’est une sorte de rituel. J’aime bien sentir mes odeurs corporelles. Ce n’est pas vraiment que ça m’excite, mais c’est une sorte de vérification que tout va bien. Si ça n’a pas la même odeur que d’habitude, ça m’inquiète.

Ça arrive ?

Oui, c’est souvent que je suis malade, au final.

J’ai lu chez mon coiffeur que le poil faisait un retour en grâce. Bonne ou mauvaise nouvelle ?

Je ne sais pas c’est mitigé. D’un côté, c’est bien parce que ça fait mal de s’épiler. Mais c’est vrai que c’est plus joli avec moins de poils. Au final, c’est une bonne nouvelle car c’est moins oppressant et contraignant.

Tu vis ça comme une oppression ?

On est un peu oppressé par la mode, parfois – moi, je le suis en tout cas.

C’est quelque chose que t’aimerais changer ?

Oui, mais j’ai encore du chemin à faire. Pour moins tenir compte du regard des autres.

Combien possèdes-tu de maillot de bain ?

Un et demi. J’en ai un normal et un bas. Ce n’est pas de ma faute car si ça tenait qu’à moi, je n’aurai pas de demi. Et j’en ai un autre pour la piscine – un maillot une pièce. Ça fait deux et demi.

Ça tient à qui ?

Ça tient à mon copain qui m’a ramené un morceau de maillot de bain. Ça a dû le faire marrer. Il a prétendu qu’il n’a pas fait exprès mais ça a dû le faire marrer.

Il est comment, ce bas ?

Noir, rose et beige. Assez échancré.

Tu n’aimes pas ?


Tu le portes sans le haut, du coup ?

Ça m’est arrivé. Pour bronzer. Ça m’est aussi arrivé de le dépareiller.

Au final, t’es plutôt bikini ou monokini ?

Bikini. Je n’avais jamais remarqué que ça voulait dire ça, bikini. C’est quoi “kini” ? Je n’aime pas tout dévoiler à tout le monde. C’est mieux de cacher certaines parties, cela suscite plus d’interrogation et de désir.

A ce propos, une étude menée depuis 1997 par le médecin Jean-Denis Rouillon [2,3] s’est penchée sur un groupe d’une cinquantaine de femmes âgées de 18 à 35 ans. Il a observé que sans soutien-gorge, “le mamelon remonte en moyenne de 7 millimètres en un an par rapport à l’épaule”. Tentant, non ?

Oui, c’est assez inattendu, je pensais que c’était évident qu’il fallait porter un soutien-gorge pour éviter d’avoir les seins qui tombent.

Du coup, tu te remets en question ?

Oui, un peu. Je pense qu’il ne faut pas être extrémiste. Les soutiens-gorge, c’est joli aussi, et ça peut être pratique si tu fais de la course, du cheval, du sport…

Est-ce que tu penses que ne pas porter de soutien-gorge est sexy ?

Oui, un peu, car ça suscite la curiosité. Probablement parce que c’est inhabituel. Si tout le monde arrêtait de porter des soutiens-gorge, ça ne serait plus vraiment sexy.

Est-ce que tu penses que la façon dont les filles s’habillent dit souvent quelque chose sur leur vie sexuelle, leur façon de percevoir le sexe ?

Je ne suis pas sûr. A mon avis, c’est une conclusion un peu trop hâtive. C’est un peu comme dire qu’on peut voir si quelqu’un est homosexuel ou non. Pour certaines personnes, c’est vrai mais pas toujours. Pour d’autres personnes, ce n’est pas révélateur.

Est-ce que tu aimes les muscles et les tatouages ?

Ça m’intrigue mais ça ne m’attire pas tant que ça.

Les muscles, ça t’intrigue ?

Non… On a peut-être l’impression d’être protégée de tout, mais ça ne m’attire pas sur le long terme.

Le premier orgasme dont je me souvienne, c’était en montant à la corde – je devais avoir 7 ou 8 ans et je ne savais même pas ce qui m’arrivait. Tu te rappelles du tien ?

Non. Aucun souvenir. Je pense que je ne réalisais pas vraiment ce que je faisais au début, donc je n’ai pas vraiment de souvenir.

Le sexe, est-ce que c’est quelque chose auquel tu réfléchis beaucoup, ou tu y vas à l’instinct ?

Ça dépend des périodes de ma vie. Parfois j’y réfléchis beaucoup. Essentiellement parce que je me remets tout le temps en question dans ma vie en général.

Quand tu y réfléchis, tu réfléchis à quoi ?

Dans un premier temps, je réfléchis à satisfaire mon partenaire. Je réfléchis comment. Dans un autre registre, je réfléchis au sens du sexe et à sa place dans la société. Est-ce que c’est bien ou non ? J’essaie de comprendre la relation que j’ai avec le sexe et ce n’est pas facile.

Est-ce que ta façon d’y réfléchir a évolué au cours du temps ?

Oui, mais c’est plutôt qu’avant, je ne réfléchissais pas au deuxième aspect. Et encore avant, même pas au premier. J’y pense de plus en plus et j’ajoute des aspects.

Est-ce que ta sexualité a beaucoup évolué ? Linéairement ou par paliers/déclics ?

Oui, elle a beaucoup évolué, car je pratique plus de choses qu’au début, et je prends plus de plaisir. Ce n’est pas le jour et la nuit, c’est la découverte de soi et de l’autre. Mais j’ai quand même toujours peur de ce que je ne connais pas. L’évolution se fait par petites marches irrégulières. Ce n’est pas parfaitement linéaire.

Y a-t-il des éléments extérieurs (amants, livres, films, etc.) qui y ont contribué ?

Des films érotiques… Et au début, j’ai lu quelques livres mais qui n’ont pas changé grand-chose. Puis récemment, j’ai lu Fifty shades of Grey, et c’était bien. Ca a un peu fait évoluer ma pratique, fait changer ma vision des choses.

La moitié des françaises regardent du porno seules. Les producteurs viennent de l’apprendre. Du coup, on assiste à un essor du “Porno pour femmes” – esthétisme soigné, sensualité, flous artistiques et baisers passionnés. T’es cliente ou tu trouves ça trop mièvre ?

Non, c’est bien. C’est sympa de ne pas avoir des choses trop hardcore, qui ne donnent pas envie. Moi, je préfère les trucs un peu mièvres!

Je connais des filles hétérosexuelles qui pensent à d’autres filles quand elles se masturbent. Ça t’arrive ?

Oui, ça peut m’arriver. Je pense à des scènes mais qui ne m’impliquent pas forcément. C’est souvent un peu flou car si je mets trop en scène, si j’imagine les choses trop précisément, si je me mets à la place, ça peut être bloquant.

Est-ce que tu as vu Deep Throat ? As-tu des informations à me révéler à ce sujet ?

Oui, je l’ai vu, mais le problème c’est que je me suis endormie, je pense. Je sais que c’est un film mythique mais ce n’est pas non plus passionnant. Mais j’étais peut-être fatiguée !

La fellation, passage obligé ou véritable plaisir ?

C’est agréable, sauf si le mec n’est pas propre. La fellation, oui, mais pas dans n’importe quelles conditions !

En Arabie Saoudite, la sodomie est punie de lapidation. N’est-ce pas un peu exagéré ?

C’est con et débile. C’est cool la sodomie ! Je pense que c’est des gens qui l’ont déjà essayée qui l’interdisent. Ça leur permet de se construire une image bien propre pour compenser. Pour beaucoup de monde, l’image du sexe est un peu ambiguë, c’est culpabilisant sans qu’on sache vraiment pourquoi.

Tu pratiques régulièrement la sodomie ?

Euh… Pas tout à fait régulièrement, car ça fait un petit peu mal quand même. De temps en temps. Je préfère le garder parmi les choses extraordinaires, car quand ça devient ordinaire c’est moins excitant.

Tu fais donc cohabiter la douleur et le plaisir ?

Oui, la frontière est mince. Il faut faire attention à ne pas basculer du mauvais côté. C’est tout l’enjeu… toute la difficulté.

T’as d’autres expériences de cohabitation entre la douleur et le plaisir ?

Toutes les activités sexuelles, presque, et toutes les activités sportives. On est toujours un peu entre la douleur et le plaisir. C’est un apprentissage d’être du côté du plaisir. Car dans la vie, il faut choisir entre la douleur et l’ennui.

Est-ce que tu fais du camping ?

Oui. J’aime bien me réveiller au milieu des petites fleurs et de la campagne.

Est-ce que tu as peur qu’on t’entende quand tu fais l’amour dans la tente ?

Oui. Je veux bien que les gens imaginent des choses sur ma vie sexuelle, mais je ne veux pas qu’ils aient de preuves concrètes. Donc je n’aime pas qu’on m’entende.

Ça n’a même pas un petit côté excitant ?

Non, c’est plutôt bloquant. Ceci dit, j’avoue que la limite entre l’excitation et le blocage est fine.

Donc tu n’as pas non plus d’expérience dans la nature ou un lieu public ?

Si, car dans ce cas, ce n’est pas sûr et certain que quelqu’un passe. Du coup, le risque est excitant, mais c’est juste un risque, ce n’est pas une conséquence directe à un acte.

Mais dans la tente, tu n’es pas sûre non plus que quelqu’un t’entende…

Si, sauf s’il n’y a personne dans le camping. Dans la tente, on ne voit rien à l’extérieur, on ne peut pas surveiller, donc c’est davantage bloquant. Tu perds la maîtrise de ce que tu divulgues ou pas.

Tu sembles aimer avoir le contrôle…

Oui, je n’aime pas me laisser dépasser. Mais je ne suis pas pour autant dominante. Je n’aime pas que les choses m’échappent.

Sinon ça te bloques…


As-tu toujours eu cette difficulté à lâcher prise ?

Oui, autant que je me souvienne.

Est-ce que tu penses que pouvoir lâcher prise te permettrait d’améliorer ta vie sexuelle, à l’avenir ?

Oui, car je pense que l’acte sexuelle et la jouissance, c’est l’exemple parfait du “lâcher prise”. Pour en profiter, il faut lâcher prise. Quand tu veux contrôler, tu te sens agressée par l’autre et tu n’en profites pas. J’arrive à lâcher prise partiellement, pour certaines choses, c’est ponctuel et temporaire. Je ne parviens pas à lâcher prise de façon générale.

Quel serait le sex-toy ultime, selon toi ?

Un gode qui serait fin à enfiler et qui grossirait une fois à l’intérieur, puis qui stimulerait en faisant des ronds, des mouvements… Qui serait ergonomique une fois gonflé. Et il faudrait aussi qu’il soit chaud et une texture proche de la peau humaine.

Un homme, en fait !



[1] Chivers, M. L., Seto, M. C., & Blanchard, R. (2007). Gender and sexual orientation differences in sexual response to sexual activities versus gender of actors in sexual films. Journal of personality and social psychology93(6), 1108.

[2] Pierrot, L., Rouillon, J.-D., & Université de Franche-Comté. (2003). Evolution du sein après l’arrêt du port du soutien-gorge: Étude préliminaire longitudinale sur 33 sportives volontaires.

[3] Roussel, O., Rouillon, J.-D., & Université de Franche-Comté. (2009). Facteurs de l’évolution morphologique du sein après arrêt du port du soutien-gorge: Étude ouverte préliminaire longitudinale chez 50 volontaires.

Leave a Reply

WARNING: Explicit Content
The content you are about to view may be considered offensive and/or inappropriate. Furthermore, this content may be considered adult content, if you are not of legal age or are easily offended, you are required to click the exit button.