Irinakoy Blue, 40 year-old French woman who thinks that Nabilla is damn sexy, explains us how to have an esthetical brain orgasm


Irinakoy sees porn as an art. Have a look at her Tumblr to understand how. Well, we tend to agree with that. By the way, she lives in Toulouse, in the French Pyrenees – terrific landscapes, but what about sex? Let’s hear it.


Interview by Ian Lid & Violet Moon. Photographs from Irinakoy.

Ian: What music should I play to make you want to sleep with me?Irinakoy : It depends of my mood. Most of the time, I prefer to listen to something soft and cool, or groovy. Not too dark, anyway. Cock Robin or Pharrell Williams, or The Dø are the first names coming to my mind, because that’s what I’m listening to those days.

Front

Why did you accept this interview?

I think your site is very interesting. I want people, women and men, to take power in their own sexuality and on the way they want to show it. I like to meet people that are interested in that question, too. It’s easier on the web than in real life, I live a bit far from big cities (I live in the French Pyrenees!).

Can you introduce yourself in a few sentences?

Paradoxical, strong and fragile, sexy and transgressive, honest and curious.

Where are you from?

I was born in Paris. I spent my early childhood in Japan.

How do you earn your living?

I suck Paul Emploi (Editor’s note: word play with Pôle Emploi, the National French employment agency).

Does sex play an important role in your life?

Yes, very important. First, it’s the best way to stay connected with my man. And it’s a really nice way to have fun, as well as a very interesting playground to understand other people. It’s also the subject of my creative research (writings, pictures). And last but not least, its representation – pornography – reveals so much of our capitalistic world.

You told me before the interview that you first got interested in porn when you were a student. Can you tell us more?

I was looking for a summer job. I went in a peep show in the center of Paris. I discovered my own body; that I could have orgasms in some new and weird situation. I had my first lesbian experience there. I discovered how much it could be exciting to be a sexual toy, but also how easy it was to get money from weak people – men, most of the time.

When was it?

In 1994.

And then the internet changed everything…

Not so much! The difference is that it’s much easier to get porn, which is a good way to lose shame about sexuality. You can find anything you want about sex much quicker, bad things and good things. The main differences are the size and the speed (of the network, right?!?), of the websites that run porn, the profits are huge, lightly taxed, and don’t benefit much to the actors, and the balance of power is even more in favor of people who only see in porn a source of profits. At the same time, it gives also a wide opening to independent porn!

Did you have some experiences in porn?

Not really. As sexual worker only, in front of a webcam.

For how long did you work as a webcam girl?

Not very long! I did it for a few weeks, I left, I came back, then I saw that the site I was working for could not get enough client by itself. I had to promote myself on social media. But then I decided I was more interested in doing some pictures and in writing scenarios.

My first orgasm, as far as I can remember, was while climbing a rope – I was probably seven or height and I didn’t know what was happening to me. Do you remember yours?

I was four and as I touched myself, I felt so much pleasure. But I was too young to have any fantasy to think of, at least I don’t remember.

Do you actually remember some things from when you was four? I’m impressed!

I know many people don’t remember many things before five or six, but I do. It’s more like pictures than situations and logical things, and the older I get the further it is.

More generally, what were you first sexual emotions?

My first sexual emotions were when I was between seven and ten, it was about revenge. I saw sex as domination, and when I masturbated, I could imagine some people I did not like having sex. At the same time, I had some fantasies about medieval environment, something about a princess dressed in white with a pointed hat. I’m laughing while remembering that (laughs)! Later, when I was fourteen, it became technical: after French kiss, I HAD to know how it was to have sex, and what I had to do to please a man, and how it worked. So I didn’t care too much about “luv”!

Upskirt

So, except from knights and princesses, who and what did your sex education?

Barbie and Ken, but they were a bit frustrating! Seriously, I did it for the first time with an older guy – he was eighteen and I was fifteen. Then with some boyfriends, some small, some tall, and so on, until I met a forty year-old man when I was twenty. I began then to meet girls, too. Apart from that, some pieces of porn movies, and some books too (The Marquise of O, for example), and people like Ovidie or Virginie Despentes, who helped me to give some sense to some bad sexual experience.

Do you want to tell us more about those experiences? Or would you rather talk about the good ones?

The bad ones are not much more than anything the annoys or hurts you in life: you can stay on the ground, hurt forever, or you can decide to use it to understand why it happened like that, and to become stronger, harder, better… So, I’d rather talk about the good ones!

All right, Nietzsche girl. So, what’s your favorite: tall or small? Old or young?

To me, it’s not physical, it’s more about feeling. Most of the time I choose some slightly off-the-wall people – but I don’t mean out of touch with reality. Often, it’s good when it hurts a bit (not physically). I find sex more intense when I feel a bit depressed or insecure. But it’s also really good when you can laugh at the small things that can happen when you make love, like when you slip off the bed, or like when your belly suddenly starts making really strange sounds.

Is there an experience, something you did once, that’s way above the other ones?

Grinding with girls! It was so good in bed, but so disastrous in everyday life. I did not meet the right girl. Watching porn is also a fantasy in itself. When it’s good, I can have an esthetical brain orgasm, as well as a sexual one, alone or with my boyfriend. Once, I asked a peep-show customer what was his fantasies, and he answered me: to be here watching you, to peep. And more recently, I enjoy imagining and writing stories about sex.

I really like the concept of “esthetical brain orgasm”! I think I’m gonna turn it into a question for future interviews. How would you describe an orgasm to someone who never had one?

It inflates, raises, climbs up, charges up from your erogenous areas into your genitals, until it blows up and sparkles alongside your nervous system. Meridians? Chakras? Magnetic fields? Multiple choices, open to any religion or medical concept. A picture that comes to my mind is a dynamite lighted from far away using a burning fuse, like in the cartoons. One after the other, with decreasing intensity, like fireworks. Also, sometimes, it just makes “plop” – wet powder, and it’s normal too, it happens to everybody.

I love asking this question, I’m always astonished by the answers!

I could have talked about champagne and beer as an image (sparkling bubbles) and stress the difference between orgasms, but it depends on people’s tastes, not everybody likes beer or champagne.

Do you know how to pee standing up?

No, I tried when I was young – I wanted to do the same things as my brother. I don’t remember how it went, and I never tried again.

What’s the most adorable thing someone has ever done to you?

Changing his behavior because he loved me, supporting my mean sides without judging, giving me the possibility to be myself without subterfuge. Becoming a steady and kind reference point in my life.

On a very different note:  can vulgarity be arousing?

Yes, absolutely. I understand people who don’t like it, but I love and I need some vulgarity to enjoy deep and intellectual things. Anyway, it depends on what vulgarity is for you. Is Nabilla coarse?

Good question! (laughs)

I loved the way she revealed the hypocrisy of French media, I loved the way she doesn’t care, and I find her very exciting.

Hmm. I think I’m not gonna see her in the same way anymore. Let’s talk about your body. Do you have big tits?

No, but they look very young and they are always erected.

I heard that pubic hair is back. Good news or bad news?

The good news is you have the choice! I prefer very short pubic hair, I have more sensation.

A French doctor, Jean-Denis Rouillon, studied a group of fifty 18-to-35-year-old women since 1997. He observed that women not wearing a bra had their nipples 7 millimeters higher than women wearing one. Tempting, isn’t it?

I think I’ve heard of that study. I was so happy to know that, I just can’t bear any bra. But who paid him to study that? The anti-bra coalition? Does Google want to sell us some intelligent bras? (laughs) Seriously, if you support a 42DD, you’d better wear a bra because without it, you would just suffer too much when you walk or you run, and your back would suffer all the time. Or sometimes, just because people never talk to your face!

(Laughs) Would you accept to give us a cunnilingus lesson?

The only lesson I can give is: ask your sexual partner; if you don’t want to or are afraid to talk, try softly and look at his/her facial and body expression and reaction. I have some pleasure point and some hurting point that are very close; I couldn’t say how it is for other people.

If you’ve got to choose: dick or tongue?

Why would I have to choose? I love both everywhere! Do you want me to fuck with a man/woman who has no legs? Or a man who have unfortunately no tongue? (laughs) That could happen, but I wouldn’t ask myself the question then!

Can you give us the list of the body fluids you tasted already? Yours as well as others’…

Sperm, blood, vaginal lubrication, sweat, tears.

If I talk to a boxer about petroleum jelly, he will think of a way to stop bleeding. If I talk to a mechanic about it, he’ll think of a way to protect against corrosion. If I talk to you about it, what will you first think about?

Anal sex!

Do you like it?

Yes, but most of the time, I need foreplays to accept anal sex. It’s very rare that it doesn’t hurt if we go straight away. But it’s worth it to get prepared.

One last question: do you believe in squirting?

Yes, some women can squirt just like that. According to some articles on the subject, it’s possible to cause a sudden expulsion of female lubrication liquid (increase of secretion then normal contraction during orgasm), by manually stimulating some sensitive areas at the bottom of the vagina, which are close to the bladder and the rectum. But it can be quite painful. Sometimes, it’s just urine, or urine and vaginal lubrication. I tried with my boyfriend, I can produce more liquid but I don’t expulse it, and it kind of hurts.

I see you like to experiment. Thank you for this interview!

Ian : Quelle musique faut-il que je joue pour que tu aies envie de coucher avec moi ?

Irinakoy : Ça dépend de mon humeur. La plupart du temps, je préfère quelque chose de doux et tranquille, ou alors groovy. Pas trop sombre, en tout cas. Cock Robin ou Pharrell Williams, ou The Dø sont les premiers noms qui me viennent à l’esprit, parce que c’est ce que j’écoute ces temps-ci.

Pourquoi as-tu accepté cette interview ?

Je trouve votre site très intéressant. Je veux que les gens, femmes et hommes, prennent le pouvoir sur leur propre sexualité et sur la façon dont ils veulent l’exprimer. J’aime rencontrer des personnes qui s’intéressent à cette question, aussi. C’est plus facile sur le web que dans la vie réelle, j’habite un peu loin des grosses villes (je vis dans les Pyrénées !).

Peux-tu te présenter en quelques phrases ?

Paradoxale, forte et fragile, sexy et transgressive, honnête et curieuse.

D’où es-tu ?

Je suis née à Paris. J’ai passé le début de mon enfance au Japon.

Comment gagnes-tu ta vie ?

Je suce Paul Emploi.

Est-ce que le sexe a un rôle important dans ta vie ?

Oui, très important. Déjà, c’est le meilleur moyen de rester connectée avec mon mec. C’est aussi une bonne façon de s’amuser, et un terrain de jeu très intéressant pour comprendre les autres. C’est aussi le sujet de mes recherches créatives (écriture, images). Et la dernière raison, mais pas des moindres, parce que sa représentation – la pornographie – révèle tant sur notre monde capitaliste.

Upskirt

Tu m’as dit avant l’interview que tu as commencé à t’intéresser au porno quand tu étais étudiante. Peux-tu nous en dire plus ?

Je cherchais un job d’été. Je suis allée dans un peep show dans le centre de Paris. J’ai découvert mon propre corps ; que je pouvais jouir dans des situations nouvelles, étranges. J’y ai eu ma première expérience lesbienne. J’ai découvert à quel point il pouvait être excitant d’être un objet sexuel, mais aussi combien il était facile de soutirer de l’argent des gens faibles – des hommes, la plupart du temps.

C’était quand ?

En 1994.

Et puis internet a tout changé…

Pas tant que ça ! La différence, c’est qu’il est beaucoup plus facile de trouver du porno, ce qui est un bon moyen de perdre sa honte de la sexualité. Tu peux trouver toutes les choses sexuelles beaucoup plus vite, le meilleur comme le pire. Les principales différences sont la taille et la rapidité (du réseau, hein !), des sites qui exploitent du porno, les profits sont énormes et peu taxés, ne profitent que peu aux acteurs, et les rapports de force sont encore plus en faveur de personnes qui ne voient dans le porno qu’une source de profits. En même temps, ça ouvre aussi la porte au porno indépendant !

As-tu eu des expériences dans le porno ?

Pas vraiment ; seulement comme travailleur du sexe, face à une webcam.

Oui, tu m’en as parlé. Combien de temps as-tu travaillé comme webcam girl ?

Pas très longtemps ! J’ai d’abord travaillé quelques semaines, je suis partie, puis je suis revenue, puis j’ai vu que le site pour lequel je travaillais était incapable d’avoir suffisamment de clients lui-même. Je devais faire ma propre publicité sur les médias sociaux. Finalement, j’ai décidé que je préférais produire des images et écrire des scénarios.

Le premier orgasme dont je me souvienne, c’était en montant à la corde – je devais avoir 7 ou 8 ans et je ne savais même pas ce qui m’arrivait. Tu te rappelles du tien ?

J’avais quatre ans et quand je me touchais, j’éprouvais beaucoup de plaisir. Mais j’étais trop jeune pour avoir un quelconque fantasme sur lequel m’exciter, ou je ne m’en rappelle pas.

Tu te souviens vraiment de choses qui datent de quand tu avais quatre ans ? Je suis impressionné ! Plus généralement, quels ont été tes premiers émois sexuels ?

Je sais que beaucoup de gens ne se rappellent pas de grand-chose avant leur cinq ou six, mais moi si. C’est plus des images que des situations ou des choses logiques, et plus je vieillis plus c’est lointain.

Mes premiers émois sexuels datent de quand j’avais entre sept et dix ans. C’était lié à la revanche. Je voyais le sexe comme une domination, et quand je me masturbais, je pouvais imaginer des personnes que je n’aimais pas en train de faire l’amour. En même temps, j’avais des fantasmes qui se déroulaient dans des lieux médiévaux – une princesse vêtue de blanc avec un chapeau pointu. J’en ris encore quand j’y pense (rire) ! Plus tard, vers quatorze ans, c’est devenu plus technique : après le French kiss, il FALLAIT que je sache ce que c’était que baiser, et ce qu’il fallait faire pour donner du plaisir à un homme, et comment ça marchait. Donc je n’étais pas trop intéressée par “l’amour”.

Donc, à part les chevaliers et les princesses, qui/qu’est-ce qui a fait ton éducation sexuelle ?

Barbie et Ken, mais ils étaient un peu frustrants ! Plus sérieusement, je l’ai fait pour la première fois avec un homme plus âgé, il avait dix-huit ans et j’en avais quinze. Puis quelques autres, des petits, des grands, etc., jusqu’à ce que je rencontre un homme de quarante ans alors que j’en avais vingt. J’ai commencé à voir des filles, aussi. À part ça, quelques scènes de films pornos, et des livres, aussi (La Marquise d’O, par exemple), et des gens comme Ovidie ou Virginie Despentes, qui m’ont aidée à donner du sens à quelques mauvaises expériences.

Tu veux nous en dire plus sur ces expériences ? Ou tu préfères parler des bonnes expériences ?

Les mauvaises ne sont rien de plus que tout ce qui t’ennuie ou te blesse dans la vie : tu peux rester au sol, blessé pour toujours, ou tu peux décider de les utiliser pour comprendre pourquoi c’est arrivé de cette façon, et pour devenir plus forte, plus dure, meilleure… Donc, je préfère parler des bonnes expériences !

Okay, Nietzsche girl. Au final, qu’est-ce que tu préfères : petit ou grand ? Vieux ou jeune ?

Pour moi, ce n’est pas le physique qui compte, c’est plutôt le feeling. La plupart du temps, je rencontre des gens un peu décalés, mais pas pour autant absents de la réalité. Souvent, j’aime quand ça fait un peu mal (pas physiquement). Le sexe est plus intense quand je me sens un peu déprimé ou mal à l’aise. Mais c’est aussi vraiment bien quand on peut rire des petites choses qui se produisent quand on fait l’amour, comme tomber du lit, ou quand ton ventre se met à produire des bruits bizarres.

Est-ce qu’il y a une expérience, quelque chose que tu as fait une fois, qui surpasse tout le reste dans tes souvenirs ?

Me frotter à des filles ! C’était si bien au lit, mais si désastreux dans la vie de tous les jours. Je n’ai pas rencontré la bonne fille. Regarder du porno est aussi un fantasme en lui-même. Quand c’est bon, je peux avoir un orgasme esthétique cérébral, et un orgasme sexuel, seule ou avec mon copain. Une fois, j’ai demandé à un client du peep-show quels étaient ses fantasmes, et il m’a répondu : être là à te regarder, espionner. Et plus récemment, j’aime imaginer et écrire des histoires sexuelles.

J’aime beaucoup le concept “d’orgasme esthétique cérébral” ! Je pense que je vais m’en servir pour une nouvelle question dans mes futures interviews. Comment décrirais-tu un orgasme à quelqu’un qui n’en a jamais eu ?

Ça gonfle, ça monte, ça charge à partir de tes zones érogènes dans tes zones génitales, jusqu’à ce que ça explose à partir de tes zones génitales et pétille le long de tous tes circuits nerveux. Méridiens ? Chakras ? Champs magnétiques ? QCM ouvert à toute religion et conception de la médecine. Une image qui me vient est celle de la dynamite allumée de loin par un fil enflammé, comme dans les cartoons – plusieurs de suite, d’intensité décroissante, comme des feux d’artifices. Parfois aussi ça fait juste “plop” – pétard mouillé et c’est normal aussi, pour tout le monde.

J’adore poser cette question, je suis toujours étonné par les réponses !

J’aurais pu aussi parler du champagne et de la bière pour imager (bulles qui pétillent) et différencier les orgasmes, mais ça dépend du goût des gens, certains n’aiment ni la bière ni le champagne.

Est-ce que tu sais faire pipi debout ?

Non, j’ai essayé quand j’étais petite – j’ai un frère, je voulais faire pareil. Je ne me souviens pas du résultat, et je n’ai jamais réessayé.

Quelle est la chose la plus adorable qu’on t’ait jamais faite ?

Modifier son comportement par amour pour moi, supporter mes mauvais côté sans les juger, me donner la possibilité d’être moi-même sans faux-semblant en devenant un repère stable et bienveillant dans ma vie.

Dans un tout autre registre : est-ce que la vulgarité peut être excitante ?

Je pense que oui, complètement. Je comprends les gens qui n’aiment pas ça, mais j’aime ça et j’ai besoin de vulgarité pour apprécier les choses profondes et intellectuelles. À vrai dire, ça dépend de ce qu’est la vulgarité pour vous. Est-ce que Nabilla est vulgaire ?

Bonne question ! (rire)

J’ai adoré la façon dont elle a révélé l’hypocrisie des médias français, j’ai aimé sa façon de s’en foutre, et je la trouve très excitante.

Hmm. Je pense que je vais la regarder d’une autre façon désormais. Parlons un peu de ton corps. Est-ce que tu as des gros seins ?

Non, mais ils ont l’air très jeune et sont toujours en érection.

Il parait que le poil pubien est de retour. Bonne nouvelle ou mauvaise nouvelle ?
Labonne nouvelle, c’est qu’on a le choix ! Je préfère les poils pubiens très courts, ça me donne plus de sensations.

Une étude menée depuis 1997 par le médecin Jean-Denis Rouillon [REF] s’est penchée sur un groupe d’une cinquantaine de femmes âgées de 18 à 35 ans. Il a observé que sans soutien-gorge, “le mamelon remonte en moyenne de 7 millimètres en un an par rapport à l’épaule”. Tentant, non ?

Je crois que j’ai entendu parler de cette étude. J’ai été très heureuse d’apprendre ça, je ne supporte pas les soutiens-gorge. Mais qui l’a payé pour cette étude ? La coalition des anti-soutien-gorge ? (rire) Est-ce que Google veut nous vendre des soutiens-gorge intelligents ? Plus sérieusement, si tu fais du 110F, il vaut mieux porter un soutien-gorge pour ne pas trop souffrir quand tu marches ou que tu cours, et ton dos souffre en permanence. Ou peut-être juste parce que les gens ne te parlent jamais en te regardant dans les yeux.

(Rire) Accepterais-tu de nous donner une leçon de cunnilingus ?

La seule leçon que je peux donner est : demande à ton partenaire sexuel. Si tu ne veux pas ou que tu as peur de parler, commence doucement et regarde l’expression de son visage et la réaction de son corps. J’ai des zones de plaisir et des zones de douleur qui sont très proches, je ne pourrais pas dire ce qu’il en est pour les autres personnes.

Closer

Si tu devais choisir : langue ou bite ?

Pourquoi devrais-je choisir ? J’ai les deux, partout ! Est-ce que tu veux que je baise avec un homme ou une femme sans jambes ? Ou avec un homme qui n’a malheureusement pas de langue ? (rire) ? Ça pourrait arriver, mais alors je ne me poserais pas la question !

Peux-tu nous donner la liste des fluides corporels que tu as déjà goûtés ? Que ce soit les tiens ou ceux des autres…

Sperme, sang, cyprine, sueur, larmes.

Si je parle de vaseline à un boxeur, il va penser à un moyen de limiter les saignements. Si j’en parle à un mécanicien, il va penser à une protection contre la corrosion. Si je te parle de vaseline, tu penses à quoi ?

Sodomie !

Tu aimes ?

Oui, mais la plupart du temps, j’ai besoin de préliminaires pour accepter une sodomie. C’est très rare que ça ne me fasse pas mal si on y va directement. Mais ça vaut le coup de se préparer.

Une dernière question avant de se dire au revoir : est-ce que tu crois aux femmes-fontaines ?

Oui, il y a des femmes fontaines pour qui ça vient tout seul. D’après certains articles sur le sujet, tu peux également provoquer chez presque n’importe quelle femme une éjection brusque de cyprine (augmentation des sécrétions puis contractions normales de l’orgasme) en stimulant manuellement des zones sensibles au fond du vagin qui sont proches de la vessies et du rectum, mais ça peut être assez douloureux. Parfois, en fait c’est juste de l’urine, ou de l’urine et de la cyprine. J’ai essayé avec mon copain, je produis plus de liquide mais je n’éjecte pas, et ça fait presque mal.

Je vois que tu aimes expérimenter, en tout cas. Merci pour cette interview !



Leave a Reply

 
WARNING: Explicit Content
The content you are about to view may be considered offensive and/or inappropriate. Furthermore, this content may be considered adult content, if you are not of legal age or are easily offended, you are required to click the exit button.