Maja, 40 year-old Italien photographer, abhors Fifty Shades of Grey, but that’s not related to her bourgeois education or because she doesn’t like reading – that’s just because it’s so bad


We would have loved to talk about Maja’s photography – human and beautiful pictures, with wonderful atmosphere and a subtle touch of street photography. We would have loved to publish a few ones here. But she decided to stay anonymous, so you’re gonna have to deal with the frustration. But cheer up – to make it up to you, she told us everything – the good and the bad. Here you are.


Interview by Ian Lid.
Photographs by Maja.

Ian: What music should I play to make you want to sleep with me?

Maja: It depends on the mood but Massive attack or Arab Strap should work.

Why did you accept this interview?

Why not?

Did it require a great effort?

No, not at all, considering the arguments, but also yes, a little bit, because I’m lazy.

Can you introduce yourself in a few sentences?

I’m impulsive, emotional, and passionate.

Do you have kids?

No, I don’t.

Do you know how to pee standing up?

Yes, I do. When I was a child, I wanted to do everything like my brother, including peeing standing up (laughs).

Can you explain your technique to pee standing up? I’m sure our female readers are eager to hear it!

Is there a technique? I’m not sure. I don’t remember how I first did it when I was a child. I did it again having sex with my boyfriend, just for fun, in the shower. Just stand up with legs open and do it.

Golden shower for you boyfriend, then?

Yes, exactly.

How do you earn your living?

I’m a professional photographer. These are hard times, but I try.

When you’re doing a project, a photography project for example, are you monomaniac about it?

Hmm, yes, I think I can be quite obsessive about my things… but not too much.

How old are you?

I’m forty. But I’m not a real forty.

What do you mean?

I’ve lost a few years in the past. I don’t want to talk about it, but I feel more like thirty or so. My mind is not forty. This is not a big problem. Off the record, I can tell you about my lost time if you want*.

Sure, I’m interested.

I was addicted to drugs. I’ve lost a lot of time, I’m angry about this.

For how long?

For about ten years.

Which drugs?

Heroin, then some cocaine and sleeping pills. I was very lucky, my health is fine. But I’ve lost so much time, and my life is signed.

Good luck about this, then…

Come on, I’ve been clean for about seven years now, so go ahead.

Congratulations for getting out of this, I guess it was very hard.

So-so. It was time.

Does sex play an important role in your artwork?

Not as much as I’d want. I’d like to do a project about sex.

Do you talk a lot about sex with your girl friends?

Yes, pretty much. I speak more freely than many of my friends.

I’ve always wondered what girls say about it… What’s the most frequent topic?

Well, let me think. Maybe how our man satisfies us, and how much time he dedicates to us. In other words, how and if we enjoy sex with our man.

Does he, most of the time?

Sometimes yes, sometimes no. It depends on the guy, on the time and on the story. When you’ve been dating a guy for only little time, I think it’s difficult to have great sex.

Do you need some time to be comfortable?

Not me, not really, but with time, you discover many things about each other and it gets much better.

How would you define “great sex”?

Taste preferences, locations… Great feeling, passion, joy and fun.

Do you prefer it tender or wild?

Wild AND tender is the best mix for me.

Do you come easily?

Not so easily. I need time, and oddly enough, even if I make love without hesitation and with great pleasure, I need to be able to trust my lover to enjoy sex…

Do you have scars related to your sex experiences?

No.

Any scar at all?

Even when I was addicted, sex has always been very private and beautiful. If I understand your question, you speak about bad experiences, and I don’t remember any at the moment.

Actually, I was not only talking about bad experiences, you can get scars just because you fell or because you did something a bit extreme.

Aah, ok! But no, no scars, just love.

Is orgasm the thing you prefer over all?

No, my favorite thing is simply having sex.

Do you think intelligence is sexy?

Very!

Do you fancy muscles and tattoos?

Muscles, not at all. Tattoos, not so much.

Intelligence first?

Yes, and what is beautiful to me – I like a nice body for sure, but it doesn’t mean a body with muscles.

My first orgasm, as far as I can remember, was while climbing a rope – I was probably 7 or 8 and I didn’t know what was happening to me. Do you remember yours?

I don’t remember my very first orgasm. But my first experience was with my little cousin – a girl like me, one year younger – and I had an orgasm with her.

Can you tell me how?

We hid under the bed in our grand-parents’ house, and we touched each other. Some kind of rubbing. I think I had the man’s role, in my head. The strange thing is that after the orgasm, I felt bad and guilty. Obviously, it was because of my education – this bourgeois education where this kind of things were not considered good or clean.

Christian morality…

Yes, this too, and old morality.

How old were you?

I was about six or seven.

Apart from that experience, who/what did your sex education?

Nobody. I did it myself with my experiences. That’s sad, if it think of it now. Sex was considered a bad thing.

How was it told to you?

The fact is that it was a taboo. Not a word about this topic.

Did you learn things from books or movies?

Yes, maybe, but I mostly learned from my experiences. The first time I made love, I was very young – I was 14 and he was 15. It was the first time for me and for him, and it was beautiful and tender. We took things step by step. I was very lucky.

Yes, I think it’s very rare to have a good first experience when it happens so young.

Yes, many of my friends were not as lucky as me.

How did you tackle this first sexual experiences? Curious and excited, or scared and shy?

A mix between everything you’ve said.

Has your sexuality evolved a lot since? Has it been linear or step by step?

It’s not been linear, but it has evolved a lot, of course. With my very first boyfriend, I’m not sure I can call it sex, even if it was. I’ve discovered real sex with another boyfriend, when I felt in love again three or four years later. Between those two boys, I didn’t have sex.

What was the biggest difference between those two experiences?

The first one was a tender and sweet discover. The second one was passion – strong, too strong maybe.

Why?

He was a violent guy. Sometimes, he was so jealous that he beat me. Actually, we beat each other but he was stronger than me. It was a very bad experience in the end, even though it was great in the beginning.

Did it end because of this violence?

Yes, and because he started to do drugs again, and then I started too. After the end of this story, I was lost, I felt very bad.

So, was he the guy who got you into drugs?

Yes, maybe, but I really wanted to take drugs myself. And my brother started to use drugs too. And I thought that if I did it with him, maybe it was not so “bad”.

So you don’t blame anyone…

No, I loved to use drugs the very first time.

Do you keep a private journal?

No. I did during bad times, but my mother threw them out. (Her phone rings.) Wait a second.

(She hangs up after 1 or 2 minutes).

That was quick.

It was my mum.

You told her you were being interviewed, right?

Yes! Exactly.

Did you tell her it was about sex?

No, she thinks it’s about photography, but I could tell her – no problem.

I would be interested to know how she reacts.

Ok, I’ll tell her and then I’ll tell you.

Thanks! Maybe she’d be okay to get interviewed herself?

Oooh no, not at all. She’s shy and I don’t think she had some good sex in her life.

Too bad.

Yes, my father is dead, she’s lonely.

Oh, sorry.

No problem! It was thirteen years ago.

Actually, we’re also interested in bad sex experience. Every experience is instructive.

That’s related to education again, and to the view in general that sex is about a woman out of the family… Having sex with your wife is not real sex. That was my father’s point of view… Too bad, too sad.

Would you say it’s an Italian thing?

Yes, maybe, an old Italian thing. But you’re right.

So, it’s getting better… Good for you!

Yes, for sure! (laughs)

Let’s talk about porn. Fifty percent of French women watch porn alone. I guess it’s similar for Italian women… Producers just learned this and we can see “Porn for women” showing on the market – polished aesthetics, sensuality, soft focus effects and passionate kissing. Do you like it, or is it too mushy?

I didn’t know anything about it! Porn for women? Let me laugh. I don’t like porn very much, I prefer to do it. But I watched porn sometimes with my boyfriend.

On the literature side, the mommy porn is booming – with Fifty Shades of Grey as a leader. Corny or revolutionary?

Yuk! So baaaad. I love reading but not this. Sade is better.

Any other advice for our female readers?

It’s very difficult to read a good “porn” book. No advice comes to my mind right now. I don’t think I have any really good book about sex.

Do you watch porn alone sometimes?

Sometimes, but it’s very rare.

When you do, what kind of porn do you like?

(laughs) Two man with a woman, I have to say. But it’s quite sad. This doesn’t satisfy me at all.

Why do you watch them, then?

Maybe, when it’s been a long time that I didn’t have sex, it’s some kind of masculine approach: fast and go. I would have no problem to tell you about it if I liked those videos, but they are very bad.

How often do you masturbate?

It depends on the period, but I don’t masturbate very often.

What’s the maximum?

It can be twice a day, or not at all for two months.

How would you describe an orgasm to someone who never had one?

Hmm… A hot shock, a sort of hot wave.

Nice way to put it.

Hmm, I’m not sure those words express very clearly what I think about it.

Do you have any sex-toy?

No.

Why not?

I’ve used sex-toys with my boyfriend. But I don’t enjoy them, I prefer to have sex with a real man.

So you don’t like to use them, even when you’re with a man.

Not so much but it depends. If the situation is okay for that, then okay.

If you don’t have any sex-toy, whose sex-toys were they? Your boyfriend’s?

Yes, they were bought by my boyfriend and were in his home. I only had one.

But you don’t have it anymore…

No, I don’t. I never used it, and I don’t know where it could be!

When you’re alone, what are the three fantasies you think about most often?

Me with other men, having hard sex. That’s it.

How many men?

Maybe two or three. Not many.

I know heterosexual girls who think of other girls when they masturbate. What about you?

Not me, and I’m sorry about this, because I really like beautiful women. But unfortunately they don’t turn me on so much.

No experience with girls?

I’ve kissed women but that’s it – kissed with pleasure, though, so maybe in the future… But it’s not a fantasy.

Is there an experience, something you did once, that’s way above the other ones?

There are some times that I remember more than others, because the sex was great, but not because we did something strange or singular. It was very passionate, free and funny. It was always with a boyfriend I loved. I mean there was confidence, which is something I need to be free and passionate.

I heard that pubic hair is back. Good news or bad news?

I don’t know. I have the right pubic hair to me – not too much, but not nude. It’s better to have sex without a lot of hair. The same goes for him!

What’s your most sexy undergarment?

Hmm, sometimes I wear sexy suspenders without anything under – and I have sex with them on.

You’re definitely Italian!

(laughs) Yes?

Yes!

Why? Do you think of Italian actresses, maybe?

That’s just that Italian women are supposed to be classy.

Oh, thank you dear.

You’re welcome. Do you usually wear thong or panties?

In the middle: Brazilian. Do you know what I mean?

Yes. Definitely classy.

(laughs)

How many swimsuits do you own?

I own a lot. They are all bikinis and I use monokinis very often too. It depends on the beach I go. I wear bikinis at the beach located in front of my place – this is a beach with families and old people. And I always wear monokinis when I go to “wild” beaches or just more solitary beaches. Anyway, most of the time I’m wearing monokinis when lying sunbathing, and I put on my bra when I’m walking on the beach or so.

What about underwear?

I don’t own as many as I’d like, but at some times, when I felt in love, I bought many. Right now, I’m single. It was fine with me so far, but now I’m starting to feel that I want someone near me again.

Let’s get back to your body. A French doctor, Jean-Denis Rouillon [1,2], studied a group of fifty 18-to-35-year-old women since 1997. He observed that women not wearing a bra had their nipples 7 millimeters higher than women wearing one. Tempting, isn’t it?

I wear a bra in winter, but not every day. And I don’t wear a bra in summer. It’s sexier, and I don’t have great tits.

What’s sexier? No bra?

Yes, not wearing a bra when you wear a t-shirt or something like this, and if you’re the right size – as me (laughs) – two or three (editor’s note: US 34 or 36, France 90 or 95). If you have big tits, I think wearing a bra is better.

I definitely agree no bra is sexy and you definitely have good taste.

Glad to know it. But what you call good taste – and I’m happy about this – is natural to me.

Even better! Do you like camping?

Tent and sleeping bag?

Yes.

I did it sometimes. It’s okay but I’m not crazy about it.

Were you afraid of being heard when making love in the tent?

It could be sexy if it’s not too much.

In general, are you noisy or quiet?

Hmm, I’m more noisy than quiet, but I try to do my best.

Your best to be noisy or to be quiet?

My best to be not so noisy.

It should be the opposite noisy is the way to go!

Actually, I’m noisy but sometimes, the man told me to be quieter. I think the guy should hear my pleasure, and I want to hear his, too.

I’m a bit voyeur. At what time should look through your window to get a chance to satisfy my curiosity?

Can’t tell you the right time, it depends… Maybe in the morning, in the afternoon or during the night.

Are you voyeurist yourself?

Hmm, no, not until now but… wait! Once, I went to a place, a kind of club, where people have free sex. And I enjoyed it. But I couldn’t have sex myself.

Was it like a wife swapping club?

Sort of, but with singles too. I was very curious.

Did you go alone?

No, with my ex-boyfriend… Alone, no!

Was it a long time ago?

Like, five years ago.

All right. In Saudi Arabia, anal sex is punished by stoning. Don’t you think it’s a bit excessive?

It sucks! Poor people.

Have you experienced anal sex yourself?

Yes, but this time, my first experience was horrible. The guy did it suddenly and quickly – what an asshole.

Wrong technique! And now, do you like it?

Not as much as I’d like because it hurts, and because the man is usually not patient enough to do it properly.

Men are terrible, I know.

Yes, sometimes. And if you tell them that it doesn’t feel good, or if you try to teach them how to do it better, they feel struck in their manhood. They feel like they should know it already, since they are the man… It’s so stupid, it’s not easy to talk about sex with some men, in the end – especially about some taboo like anal sex. But I think that a couple needs to talk about sex to have good sex.

Definitely.

It is not very easy for me, too, sometimes.

What things do you find the most difficult to talk about?

Talking about sex in general is easy. One thing I can’t do so easily is talking during sex. I mean, I love to hear sexy words from my boyfriend when having sex, but I can’t do it myself. I’m too shy for this, I don’t know why. Another thing I don’t talk easily is my fantasy. And where and how I would like to be touched. I know it’s stupid. But if you find the right person, it is quite easy. The guy has to learn how to have sex with me, step by step, then I might be able to relax and speak.

Do you think you could love anal sex, with the right man?

If we take our time, it could be nice.

But you never had a man who could do it right?

Actually, yes I had such a man, once, and it was nice.

In 40 years, we’ll most likely be able to have hyper-realistic virtual sex with our favorite porn-stars. What will you say to your grand-children when they ask you: “How was sex in 2013, grand-ma?”

Much better! (laughs)

One last question: do you believe in squirting?

I think it happens to some women, but not to me. The human body is so strange, very different from each other.

Thank you very much for this interview, I enjoyed it.

Me too, really, I would never have imagined that I would chat with you for so long, but the time flew and it has been funny and pleasurable. Thank you.

You’re welcome.

Wait.

Yes?

Why are you interested about sex?

I think good sex could make a lot of people less angry.

Good answer.

* After deciding to be anonymous, Maja told us we could publish it.

Ian : Quelle musique faut-il que je mette pour que tu aies envie de coucher avec moi ?

Maja : Ça dépend de l’humeur, mais Massive Attack ou Arab Strap devrait marcher.

Pourquoi as-tu accepté cette interview ?

Pourquoi pas ?

Est-ce que ça t’a demandé un effort d’accepter ?

Non, pas du tout, en considérant les arguments, mais aussi oui, un peu, parce que je suis paresseuse.

Peux-tu te présenter en quelques phrases ?

Je suis impulsive, sensible, et passionnée.

As-tu des enfants ?

Non.

Est-ce que tu sais faire pipi debout ?

Oui. Quand j’étais petite, je voulais tout faire comme mon frère, y compris faire pipi debout (rire).

Peux-tu expliquer ta technique ? Je suis sûr que nos lectrices sont impatientes de le savoir !

Y-a-t-il une technique ? Je ne suis pas sûre. Je ne me souviens pas comment je l’ai fait la première fois quand j’étais enfant. Je l’ai fait à nouveau en baisant avec mon copain, pour m’amuser, dans la douche. Il suffit de se tenir debout les jambes écartées et de le faire.

Douche dorée pour ton copain, alors ?

Exactement.

Comment gagnes-tu ta vie ?

Je suis photographe professionnelle. Les temps sont durs, mais j’essaie.

Est-ce que tu es monomaniaque quand tu es sur un projet, un projet photographique par exemple ?

Hmm, oui, je pense que je peux être assez obsessive… mais pas trop.

Quel âge as-tu ?

J’ai quarante ans, mais ce n’est pas un vrai quarante.

Qu’est-ce que tu veux dire par là ?

J’ai perdu quelques années dans le passé. Je ne veux pas en parler, mais je me sens plus comme quelqu’un qui a la trentaine. Mon esprit n’a pas quarante ans. Ce n’est pas un gros problème. En privé, je peux t’en dire plus si tu veux*.

Bien sûr, ça m’intéresse.

J’étais accro à la drogue. J’ai perdu beaucoup de temps, ça m’énerve beaucoup.

Combien de temps ?

Environ dix ans.

Quelles drogues ?

Héroïne, puis cocaïne et somnifères. J’ai été très chanceuse, je suis en bonne santé. Mais j’ai perdu tellement de temps, et ma vie est signée.

Bonne chance pour la suite…

Allez, ça fait sept ans que je suis clean maintenant, alors enchaîne.

Félicitations de t’en être sortie, j’imagine que ça a été très dur.

Plus ou moins. C’était le bon moment.

Est-ce que le sexe joue un rôle important dans ton art ?

Pas autant que je voudrais. J’aimerais faire un projet sur le sexe.

Est-ce que tu parles beaucoup de sexe avec tes copines ?

Oui, pas mal. J’en parle plus facilement que beaucoup d’entre elles.

Je me suis toujours demandé ce que les filles en disent… Quel est le sujet le plus fréquent ?

Hmm, laisse-moi réfléchir. Peut-être comment notre mec nous satisfait, et combien de temps il nous consacre. Autrement dit, si on aime baiser avec notre mec, et comment.

Est-ce que c’est le cas, en général ?

Parfois oui, parfois non. Ça dépend du mec, du moment et de l’histoire. Quand ça ne fait que peu de temps que tu es avec quelqu’un, je trouve que c’est difficile d’avoir des relations sexuelles vraiment bonnes.

Est-ce que tu as besoin de temps pour être à l’aise ?

Pas moi, pas vraiment, mais avec le temps, chacun découvre beaucoup de choses sur l’un et l’autre et ça devient bien meilleur.

Qu’est-ce que des relations sexuelles « vraiment bonnes » ?

C’est une affaire de goûts, d’endroits… Un bon feeling, de la passion, de la joie et de l’amusement.

Tu les préfères tendres ou sauvages ?

Tendres ET sauvages, c’est mon mélange préféré.

Est-ce que tu jouis facilement ?

Pas si facilement. J’ai besoin de temps, et bizarrement, même si je fais l’amour sans hésitation et avec grand plaisir, j’ai besoin d’avoir confiance en mon amant pour apprécier le sexe…

Est-ce que tu as des cicatrices liées à tes expériences sexuelles ?

Non.

Des cicatrices en général ?

Même quand j’étais accro, le sexe a toujours été très privé, et beau. Si je comprends bien ta question, tu parles de mauvaises expériences, et je n’en ai aucune qui me vienne à l’esprit, là maintenant.

En fait, je ne parlais pas seulement de mauvaises expériences, tu peux te faire une cicatrice en tombant ou parce que tu as fait quelque chose d’un peu extrême.

Aah, ok ! Mais non, pas de cicatrices, seulement de l’amour.

Est-ce que, ce que tu préfères par-dessus tout, c’est l’orgasme ?

Non, ce que je préfère, c’est faire l’amour, tout simplement.

Est-ce que l’intelligence, c’est sexy ?

Très !

Est-ce que tu aimes les muscles et les tatouages ?

Les muscles, pas du tout. Les tatouages, pas tant que ça.

L’intelligence d’abord ?

Oui, et ce que je trouve beau – j’apprécie un beau corps, bien sûr, mais ce n’est pas synonyme d’un corps musclé.

Le premier orgasme dont je me souvienne, c’était en montant à la corde – je devais avoir 7 ou 8 ans et je ne savais même pas ce qui m’arrivait. Tu te rappelles du tien ?

Je ne me souviens pas de mon tout premier orgasme. Mais ma première expérience, c’était avec ma petite cousine – une fille comme moi, un an plus jeune – et j’ai eu un orgasme avec elle.

Peux-tu me dire comment ?

On s’est caché sous le lit dans la maison de nos grands-parents, et on s’est touchées l’une l’autre. Une sorte de frottement. Je crois que j’avais le rôle de l’homme, dans ma tête. Ce qui est étrange, c’est qu’après l’orgasme, je me suis sentie mauvaise et coupable. Bien sûr, c’était à cause de mon éducation – cette éducation bourgeoise où ce genre de choses n’était pas considéré comme bon ou propre.

Morale chrétienne…

Oui, il y a de ça, et une vieille morale.

Tu avais quel âge ?

Six ou sept ans.

À part cette expérience, qui/qu’est-ce qui a fait ton éducation sexuelle ?

Personne. Moi-même avec mes expériences. C’est triste, si j’y repense maintenant. Le sexe était considéré comme quelque chose de mal.

Comment est-ce que ça s’exprimait ?

C’était un tabou. Pas un mot à ce propos.

Est-ce que tu as appris des choses dans des livres ou des films ?

Oui, peut-être, mais j’ai surtout appris par mes expériences. La première fois que j’ai fait l’amour, j’étais très jeune – j’avais 14 ans et il en avait 15. C’était notre première fois à tous les deux, et c’était beau et tendre. Nous avons fait les choses progressivement. J’ai eu beaucoup de chance.

Oui, je pense que c’est très rare d’avoir une bonne première expérience quand ça arrive si jeune.

Oui, beaucoup de mes amies n’ont pas été aussi chanceuses que moi.

Comment as-tu abordé cette première relation sexuelle ? Curiosité et excitation, ou plutôt appréhension et timidité ?

Un mélange de tout ça.

Est-ce que ta sexualité a beaucoup évolué depuis ? Linéairement ou par paliers ?

Ça n’a pas été linéaire, mais ça a beaucoup évolué, bien sûr. Avec mon premier copain, je ne suis sûre de pouvoir appeler ça du sexe, même si c’en était. J’ai découvert le vrai sexe avec un autre copain, quand je suis tombée à nouveau amoureuse trois ou quatre ans plus tard. Entre les deux, je n’ai pas eu d’expériences sexuelles.

Quelle était la plus grosse différence entre ces deux expériences ?

La première était une découverte tendre et douce. La deuxième n’était que passion – une passion forte, trop forte peut-être.

Pourquoi ?

C’était un mec violent. Parfois, il était tellement jaloux qu’il me battait. En fait, on se frappait l’un l’autre mais il était plus fort que moi. Au final, ça a été une très mauvaise expérience, même si c’était génial au début.

Ça s’est terminé à cause de cette violence ?

Oui, et parce qu’il a repris la drogue, et puis j’ai commencé à en prendre aussi. Après cette histoire, j’étais perdue, je me sentais vraiment mal.

Donc c’est lui qui t’a initié à la drogue ?

Oui, peut-être, mais je voulais vraiment en prendre. Et mon frère a commencé à en prendre aussi. Et j’ai pensé que si je le faisais avec lui, ce n’était peut-être pas si « mal ».

Donc tu ne tiens personne pour responsable…

Non, j’ai adoré prendre de la drogue, la première fois.

Est-ce que tu tiens un journal intime ?

Non. Je l’ai fait dans les périodes difficiles, mais ma mère les a jetés. (Son téléphone sonne.) Attends une seconde. (Elle raccroche au bout d’une ou deux minutes).

Ce fut rapide.

C’était ma mère.

Tu lui as dit que tu étais en train de te faire interviewer, n’est-ce pas ?

Oui ! Exactement.

Tu lui as dit que c’était sur le sexe ?

Non, elle pense que c’est à propos de la photographie, mais je pourrais lui dire – pas de problème.

Ça m’intéresserait de savoir comment elle réagit.

Ok, je lui dirai et puis je te dirai.

Merci ! Peut-être qu’elle serait d’accord pour se faire interviewer elle-même ?

Oooh non, pas du tout. Elle est timide et je ne pense pas qu’elle ait eu une bonne vie sexuelle.

Dommage.

Oui, mon père est mort, elle est seule.

Oh, désolé.

Pas de problème, c’était il y a treize ans.

En réalité, on est aussi intéressés par les mauvaises expériences sexuelles. Toute expérience est instructive.

C’est encore une histoire d’éducation, et de l’idée que le sexe, ça se passe avec une femme en dehors de la famille… Coucher avec sa femme, ce n’est pas vraiment du sexe. C’était le point de vue de mon père… Trop bête, trop triste.

Dirais-tu que c’est très italien ?

Oui, peut-être – italien à l’ancienne. Mais tu as raison.

Donc ça s’améliore… Tant mieux pour toi !

Oh oui ! (rire)

Parlons porno.    La moitié des françaises regardent du porno seules. J’imagine que c’est similaire pour les femmes italiennes. Les producteurs viennent de l’apprendre. Du coup, on assiste à un essor du “Porno pour femmes” – esthétisme soigné, sensualité, flous artistiques et baisers passionnés. Marc Dorcel a même lancé dorcelle.com à destination des femmes. T’es cliente ou tu trouves ça trop mièvre ?

Je n’en avais jamais entendu parler ! Du porno pour les femmes ? Laisse-moi rire. Je n’aime pas trop le porno, je préfère le faire. J’ai regardé du porno quelque fois avec mon copain.

Côté littérature, le mommy porn est en pleine expansion – avec Fifty Shades of Grey en chef de file. Niaiserie ou révolution ?

Beurk ! Trèèèès mauvais. J’adore lire mais pas ça. Je préfère Sade.

D’autres conseils pour nos lectrices ?

C’est très difficile de lire un bon livre « porno ». Rien ne me vient à l’esprit là maintenant. Je ne pense pas avoir de livre vraiment bon sur le sexe.

Est-ce que tu regardes du porno seule parfois ?

Parfois, mais c’est très rare.

Quand c’est le cas, quel genre de porno préfères-tu ?

(rire) Deux hommes et une femme, je dois dire. Mais c’est assez triste. Ça ne me satisfait pas du tout.

Pourquoi le regarder, alors ?

Peut-être, quand ça fait longtemps que je n’ai pas baisé, est-ce une sorte d’approche masculine : vite fait bien fait. Je n’aurais aucun problème à te le dire si j’aimais ces vidéos, mais elles sont très mauvaises.

Tu te masturbes souvent ?

Ça dépend de la période, mais je ne me masturbe pas très souvent.

Quel est le maximum ?

Ça peut être deux fois par jour, ou pas du tout pendant deux mois.

Comment décrirais-tu un orgasme à quelqu’un qui n’en a jamais eu ?

Hmm… Un choc brûlant, une sorte de déferlement très chaud.

Belle image.

Hmm, je ne suis pas sûre que ces mots expriment très clairement ce que j’en pense.

Est-ce que tu as des sex-toys ?

Non.

Pourquoi pas ?

J’ai utilisé des sex-toys avec mon copain. Mais je ne les aime pas trop, je préfère coucher avec un homme réel.

Donc tu n’aimes pas en utiliser, même quand tu es avec un homme.

Pas trop mais ça dépend. Si la situation est appropriée, alors d’accord.

Si tu n’en possède pas toi-même, ils étaient à qui ? À ton copain ?

Oui, c’est lui que les avait achetés et ils étaient chez lui. Je n’en avais qu’un seul.

Mais tu ne l’as plus…

Non. Je ne l’utilisais jamais, et je ne sais pas où il peut bien être !

Quand tu es seule, quels sont les trois fantasmes auxquels tu penses le plus souvent ?

Moi avec d’autres hommes, et on baise sauvagement. C’est tout.

Combien d’hommes ?

Peut-être deux ou trois. Pas beaucoup.

Je connais des filles hétérosexuelles qui pensent à d’autres filles quand elles se masturbent. Ça t’arrive ?

Non, pas à moi, et j’en suis désolée, parce que j’aime vraiment les belles femmes. Mais malheureusement, elles ne m’excitent pas tellement.

Aucune expérience avec des filles ?

J’ai embrassé des femmes mais c’est tout – embrassé avec plaisir, cela dit, donc peut-être qu’à l’avenir… Mais ce n’est pas un fantasme.

Est-ce qu’il y a une expérience, quelque chose que tu as fait un jour, qui surpasse tout le reste dans tes souvenirs ?

Je me souviens de certaines fois plus que d’autres, parce que le sexe était génial, mais pas parce qu’on a fait quelque chose d’étrange ou de singulier. C’était très passionné, libre et marrant. C’était à chaque fois avec un copain que j’aimais. Je veux dire qu’il y avait de la confiance, c’est quelque chose dont j’ai besoin pour être libre et passionnée.

Il paraît que les poils pubiens faisaient un retour en grâce. Bonne ou mauvaise nouvelle ?

Je ne sais pas. J’ai les poils pubiens qu’il faut selon moi – pas trop, mais pas épilée intégralement non plus. Le sexe est plus agréable sans trop de poils. Idem pour lui !

Quel est ton sous-vêtement le plus sexy ?

Hmm, parfois je porte des porte-jarretelles sexy sans rien dessous – et je fais l’amour en les gardant sur moi.

Tu es une vraie Italienne !

(rire) Vraiment ?

Vraiment !

Pourquoi ? Tu penses à des actrices italiennes, peut-être ?

C’est seulement que les femmes italiennes sont supposées être classes.

Oh, merci mon cher.

De rien. Tu portes plutôt des strings ou des culottes ?

Entre les deux : brésilien. Tu vois ce que je veux dire ?

Oui. Très classe, je confirme.

(rire)

Combien possèdes-tu de maillots de bain ?

Beaucoup. Ce sont tous des bikinis et je porte des monokinis très souvent aussi. Ça dépend de la plage à laquelle je vais. Je porte des bikinis à la plage en face de chez moi – c’est une plage avec des familles et des personnes âgées. Et je mets toujours des monokinis quand je vais à des plages « sauvages » ou plus isolées. Dans tous les cas, en général j’enlève le haut quand je bronze allongée, et je remets mon soutien-gorge quand je marche sur la plage par exemple.

Et tu possèdes beaucoup de sous-vêtements ?

Pas autant que je voudrais, mais il m’est arrivée, quand je suis tombée amoureuse, d’en acheter beaucoup. En ce moment, je suis célibataire. Ça m’allait très bien jusqu’à présent, mais je commence à avoir à nouveau envie d’avoir quelqu’un près de moi maintenant.

Revenons à ton corps. Une étude menée depuis 1997 par le médecin Jean-Denis Rouillon [1,2] s’est penchée sur un groupe d’une cinquantaine de femmes âgées de 18 à 35 ans. Il a observé que sans soutien-gorge, “le mamelon remonte en moyenne de 7 millimètres en un an par rapport à l’épaule”. Tentant, non ?

Je porte des soutiens-gorge en hiver, mais pas tous les jours. Et je n’en porte pas en été. C’est plus sexy, et je n’ai pas de très gros seins.

Qu’est-ce qui est plus sexy ? Sans soutien-gorge ?

Oui, ne pas porter de soutien-gorge quand tu es en t-shirt ou quelque chose comme ça, et si tu as la bon tour de poitrine – comme moi (rire) – 90 ou 95. Si tu as des gros seins, je pense que c’est mieux de porter un soutien-gorge.

Je suis entièrement d’accord – pas de soutien-gorge c’est sexy – et tu as définitivement bon goût.

Contente de le savoir. Mais ce que tu appelles bon goût – et j’en suis heureuse – c’est naturel pour moi.

Encore mieux ! Tu aimes le camping ?

Tente et sac de couchage ?

Oui.

J’en ai fait parfois. C’est pas mal mais je n’en raffole pas.

Avais-tu peur d’être entendue quand tu faisais l’amour dans la tente ?

Ça pourrait être sexy si ce n’est pas exagéré.

En général, tu es plutôt bruyante ou silencieuse ?

Hum, je suis plus bruyante que silencieuse, mais j’essaie de faire de mon mieux.

Ton mieux pour être bruyante ou silencieuse ?

Pour ne pas être trop bruyante.

Ça devrait être le contraire – bruyante c’est meilleur !

En fait, je suis bruyante mais il est arrivé que le mec me dise d’être plus silencieuse. Je pense que le mec devrait entendre mon plaisir, et je veux aussi entendre le sien.

J’ai des tendances voyeuriste. À quelle heure faut-il que je me place en face de ta fenêtre pour avoir une chance d’assouvir ma curiosité ?

Je ne peux pas te dire l’heure exacte, ça dépend… Peut-être le matin, dans l’après-midi, ou pendant la nuit.

Es-tu un peu voyeuriste toi-même ?

Hmm, non jusqu’ici mais… attends ! Une fois, je suis allée quelque part, une sorte de club, où les gens baisent librement. Et j’ai adoré. Mais je n’ai pas pu faire l’amour moi-même.

C’est une sorte de club échangiste ?

Un peu, mais avec des célibataires aussi. J’étais très curieuse.

Y es-tu allée seule ?

Non, avec mon ex… Seule, non !

C’était il y a longtemps ?

Genre il y a cinq ans.

Ok. En Arabie Saoudite, la sodomie est punie de lapidation. N’est-ce pas un peu exagéré ?

Ça craint ! Pauvres gens.

Est-ce que tu as testé la sodomie toi-même ?

Oui, mais cette fois, ma première expérience a été horrible. Le mec l’a fait soudainement et rapidement – quel con.

Mauvaise technique ! Et maintenant, tu aimes ?

Pas autant que j’aimerais parce que ça fait mal, et parce que le mec n’est généralement pas assez patient pour le faire comme il faut.

Les hommes sont terribles, je sais.

Oui, parfois. Et si tu leur dis que ce n’est pas terrible, ou si tu essaies de leur apprendre comment faire mieux, ils se sentent heurtés dans leur virilité. Ils pensent qu’ils devraient déjà le savoir, vu qu’ils sont l’homme… C’est tellement bête, ce n’est pas facile de parler de sexe avec certains hommes, au final – surtout de certains tabous comme la sodomie. Mais je pense qu’un couple a besoin de parler de sexe pour avoir une bonne vie sexuelle.

Tout à fait.

Ce n’est pas facile pour moi non plus, parfois.

De quelles choses trouves-tu que c’est le plus difficile de parler ?

Parler de sexe en général, c’est facile. Une chose que je ne peux pas faire, c’est parler pendant l’amour. Je veux dire, j’adore que mon copain me disent des mots sexy pendant l’acte, mais je ne peux pas le faire moi-même. Une autre chose dont je parle difficilement, c’est mon fantasme. Ainsi qu’où et comment j’aimerais être touchée. Je sais que c’est stupide. Mais si tu trouves la bonne personne, c’est assez facile. Le mec doit apprendre comment coucher avec moi, pas à pas, et ensuite je peux éventuellement me détendre et parler.

Est-ce que tu penses que tu pourrais aimer la sodomie, avec la bonne personne ?

Si on prend notre temps, ça pourrait être agréable.

Mais tu n’as jamais eu un homme qui savait le faire ?

En fait, si, j’ai eu un homme comme ça, une fois, et c’était bien.

Dans quarante ans, on pourra probablement avoir des relations sexuelles virtuelles et hyperréalistes avec nos pornstars préférées. Que diras-tu à tes petits-enfants quand ils te demanderont : “c’était comment, Mamie, le sexe en 2013 ?”

Bien mieux ! (rire)

Une dernière question : crois-tu aux femmes fontaines ?

Je pense que ça arrive à certaines femmes, mais pas à moi. Le corps humain est si étrange, très différent entre les uns et les autres.

Merci beaucoup pour cette interview, j’ai adoré.

Moi aussi, vraiment, je n’aurais jamais imaginé discuter avec toi aussi longtemps, mais le temps s’est envolé et ça a été marrant et plaisant. Merci.

De rien.

Attends.

Oui ?

Pourquoi est-ce que tu t’intéresses au sexe ?

Je pense qu’une bonne vie sexuelle pourrait rendre beaucoup de gens moins aigris.

Bonne réponse.

* Après avoir décidée d’être anonyme, Maja nous a dit qu’on pouvait le publier.

[1] Pierrot, L., Rouillon, J.-D., & Université de Franche-Comté. (2003). Evolution du sein après l’arrêt du port du soutien-gorge: Étude préliminaire longitudinale sur 33 sportives volontaires.

[2] Roussel, O., Rouillon, J.-D., & Université de Franche-Comté. (2009). Facteurs de l’évolution morphologique du sein après arrêt du port du soutien-gorge: Étude ouverte préliminaire longitudinale chez 50 volontaires.

Stay tuned, follow us on Facebook: https://www.facebook.com/SleepingBagMagazine



Leave a Reply

 
WARNING: Explicit Content
The content you are about to view may be considered offensive and/or inappropriate. Furthermore, this content may be considered adult content, if you are not of legal age or are easily offended, you are required to click the exit button.